Quelques éléments pour relativiser la « grande victoire pour la nation »

Louis-Philippe Lampron

« En tout respect pour ce qu’on laisse entendre dans cette lettre [Grande victoire pour la nation] […] ce n’est pas la loi sur la laïcité québécoise qui a établi le principe de la séparation du religieux et de l’État au Québec. »

Louis-Philippe Lampron signe ce texte dans La Presse en réaction à la la lettre « Une grande victoire pour la nation québécoise » signée par les ministres Simon Jolin-Barrette et Jean-François Roberge.

Pour lire ce texte.

Louis-Philippe Lampron est professeur titulaire à la Faculté de droit de l’Université Laval, chercheur régulier au sein du Centre de recherche interdisciplinaire sur la diversité et la démocratie (CRIDAQ) et co-porte-parole du Groupe d’étude en droits et libertés de la Faculté de droit de l’Université Laval (GEDEL). Ses intérêts de recherche portent, en général, sur la protection des droits humains au Canada et au niveau international. Au cours des dernières années, le professeur Lampron s’est particulièrement intéressé aux enjeux juridiques liés à la mise en œuvre des libertés fondamentales et du droit à l’égalité, sujets à propos desquels il est fréquemment intervenu publiquement et a publié plusieurs articles de même que les ouvrages Maudites Chartes : 10 ans d’assauts contre la démocratie des droits et libertés (2022) et La Hiérarchie des droits – convictions religieuses et droits fondamentaux au Canada (2011).