Mettre fin au financement privé, une fausse bonne idée

Patrick Turmel

Si « mettre fin aux contributions privées des partis politiques pour ne s’appuyer que sur le financement public […] apparaît comme une solution simple à un problème d’éthique parlementaire, elle menace aussi d’appauvrir considérablement notre vie démocratique. »

Patrick Turmel signe ce texte dans Le Devoir avec Sacha-Emmanuel Mossu et David Robichaud.

Pour lire le texte.

Patrick Turmel est professeur à la Faculté de philosophie de l'Université Laval et co-titulaire de la Chaire de recherche et d'enseignement La philosophie dans le monde actuel. Spécialiste d'éthique et de philosophie politique, ses travaux portent notamment sur la démocratique, les inégalités économiques et la justice fiscale.