La thèse radicale de la CAQ

Jocelyn Maclure

« L’idée n’est pas d’affirmer qu’aucun gouvernement n’est capable de respecter les droits des minorités, mais bien de ne pas asseoir la protection des droits exclusivement sur la hauteur morale des dirigeants. Comme des penseurs politiques de Cicéron à Arendt en passant par Montesquieu nous l’ont enseigné, la protection des valeurs politiques fondamentales dépend d’abord et avant tout du design des institutions de l’État. Le design institutionnel doit permettre d’éviter, par exemple, à la fois une trop grande concentration du pouvoir entre les mains de l’exécutif et un gouvernement des juges. »

Pour lire cet article. 

Jocelyn Maclure est professeur au département de philosophie de l’Université McGill et titulaire de la Chaire Jarislowsky sur la nature humaine et la technologie. Il a auparavant enseigné la philosophie pendant 17 ans à l’Université Laval. D’abord connu pour ses travaux sur le pluralisme des valeurs, la démocratie délibérative, la diversité culturelle, la justice sociale, la laïcité et les droits fondamentaux, il travaille maintenant principalement sur les enjeux philosophiques soulevés par les progrès de l’intelligence artificielle ainsi que sur la crise de la raison publique à l’ère du numérique. Le livre qu’il a co-écrit avec Charles Taylor, Laïcité et liberté de conscience (Boréal 2010/2020), a été traduit en 10 langues. Il est aussi l’auteur de Récits identitaires. Le Québec à l’épreuve du pluralisme (Québec Amérique, 2000) et de Retrouver la raison. Essais de philosophie publique (Québec Amérique, 2016). Ayant été professeur ou chercheur invité dans plusieurs universités, il est Mercator Visiting Professor for AI in the Human Context à l’Université de Bonn en Allemagne (2023).